Blog


retour

Traduire son site web vers l’allemand et l’anglais

Publié le 07 juin 2019
GeneralInternational

Pour viser une clientèle internationale, il est important de miser sur la qualité de vos contenu, leur traduction en langue étrangère et une bonne optimisation SEO. Comment choisir le bon traducteur ou la bonne traductrice ?

La tendance est souvent à rechercher une agence de traduction en ligne aux tarifs attrayants afin de réduire les coûts. C’est un choix qui se comprend, mais il est nécessaire de bien en évaluer au préalable les avantages et les inconvénients car bien des traductions, en raison de leur moindre qualité, nécessitent quelques mois plus tard un travail de révision. A quoi faut-il faire attention avant de confier ses contenus à traduire ?

 

Traducteur – traductrice est une profession

 

Traduire est un métier qui s’apprend et qui nécessite beaucoup de pratique : être germanophone et avoir un bon niveau de français ne fera pas d’une personne de nationalité allemande vivant en France depuis vingt ans forcément un bon traducteur. Un traducteur est en premier lieu un linguiste qui a une connaissance approfondie des langues, y compris de sa langue maternelle.

 

Le bilinguisme n’est pas l’assurance de disposer d’une bonne traduction

 

Toute personne bilingue ne fait pas forcément un bon traducteur. Qui plus est, rares sont les personnes parfaitement bilingues, c’est-à-dire ayant grandi dans une double culture et maîtrisant parfaitement les deux langues. Les personnes bilingues ont baigné dans un environnement qui est celui de leur famille, mais aussi du pays dans lequel ils ont grandi.

 

Personne ne traduit dans les deux sens

 

Il est rarissime de rencontrer des traducteurs - traductrices qui traduisent à niveau égal de l’anglais vers le français et du français vers l’anglais. Par déontologie, on traduit généralement vers sa langue maternelle et les personnes bilingues ont à de rares exceptions près une langue dominante. Seule une personne de langue maternelle anglaise ou de langue maternelle allemande pourra atteindre en effet le même niveau de langue que l’original, mais elle devra aussi disposer d’excellentes connaissances linguistiques et des compétences rédactionnelles dans sa langue maternelle.

 

Traduire nécessite de connaître parfaitement les codes des cultures concernées

 

Bien traduire nécessite à la fois une excellente connaissance des deux langues, mais aussi des systèmes culturels qui leur sont liés, afin de percevoir toutes les subtilités d’un texte à traduire. Traduire s’est aussi savoir repérer dans un texte les mots ou les passages qui pourraient être mal perçus voire même choquer s’ils étaient traduits littéralement.

 

La localisation : l'adaptation des contenus en langue étrangère

 

Ce que le client recherche généralement c’est une traduction, mais aussi bien sûr une localisation. Qu’est-ce que la localisation ? Traduire nécessite une adaptation des contenus au marché ciblé afin de transmettre un message de manière claire et directe.

 

Disposer des bons outils de traduction et travailler avec un nombre réduit de traducteurs - traductrices

 

Pour des impératifs techniques et pour une grande homogénéité, il sera nécessaire que les traducteurstraductrices recourent à un outil de traduction leur permettant de repérer les répétitions d’un même mot et de travailler sur un même glossaire. La mémoire de traduction permet d’harmoniser la traduction car chaque traducteurtraductrice a malgré tout son style. C’est aussi pour cette raison qu’il sera important, pour les projets d’envergure, que la traduction ne se perde par entre un nombre trop élevé de personnes, mais qu’elle soit réalisée par une petite équipe au sein de laquelle les informations circulent aisément.

 

Il faudra donc vérifier que vous confiez vos contenus à traduire à des personnes ayant fait de la traduction leur profession et que ces personnes disposent d’une certaine expérience au risque d’être déçu par la qualité obtenue et de devoir payer un réviseur et d’intégrer ces corrections à votre site après coup. Elles se facturent habituellement de 0,05 à 0,10 c/mot.